Dès le 4 Février 2023 les visiteurs pourront vivre une nouvelle aventure : Etincelle la malédiction de l'Opale noire.

Aux origines de l’attraction …

Un pan de la culture française oublié

Quand on parle de super-héros, on pense immédiatement aux comics américains.

Mais c’est oublier qu’au début du XXème siècle, des personnages aux superpouvoirs

et bien de chez nous ont été à l’origine du genre : Fantax, Félifax, Véga la magicienne, Monsieur Rien …

Un bel imaginaire français dont l’existence a été censurée, effacée, gommée jusqu’en

1949. Le 16 juillet de cette année-là, les BD de super-héros, jugées violentes ou sujettes à caution scientifiquement, font l’objet de censure par les pouvoirs publics.

Le Futuroscope ravive aujourd’hui notre mémoire.

Un ouvrage de référence pour source d’inspiration

La méconnaissance collective de cette histoire a suscité la vive curiosité de la part des concepteurs de l’attraction qui ont voulu approfondir leurs recherches et savoir quels étaient ces super-héros français.

Leurs questions ont trouvé réponse dans l’ouvrage de référence de Xavier Fournier « Super-héros : une histoire française », qui dépeint un à un les super-héros français et s’interroge sur l’empreinte qu’ils ont laissée dans la culture hexagonale.

L’envie de perpétuer une tradition française

Les concepteurs d’Étincelle, la Malédiction de l’Opale Noire, ont été convaincus que l’histoire des super-héros français, véritable patrimoine culturel, devait être racontée au plus grand nombre.

Ils ont alors imaginé une attraction à double objectif :

• remémorer l’existence passée des super-héros français aux visiteurs du Parc

• donner naissance à une nouvelle super-héroïne, dans une aventure digne des blockbusters américains.

Une attraction en 3 temps …

1 - Un parcours hommage aux Super-héros français

Dès leur entrée, les visiteurs s’engagent dans la galerie des super-héros français, un parcours jalonné d’arches où se joue un show lumineux et musical au-dessus de

leurs têtes.

Pas à pas, ils déambulent devant une fresque d’illustrations murale qui emprunte les codes graphiques de la Bande-Dessinée. L’Intrépide justicier Fantax, L’homme tigre Félifax, Fulguros et ses pouvoirs électriques, Véga la magicienne, entre autres super-héros

oubliés de notre mémoire collective y figurent.

Au cœur de cet espace se dresse la statue géante et menaçante de Ténèbre. Imaginé par le Futuroscope, ce monstre aux désirs maléfiques est l’un des protagonistes de l’aventure que vont vivre les visiteurs de l’attraction.

2- Le Musée des super-héros français

Un théâtre alliant mapping vidéo et décors réels 

Les visiteurs pénètrent dans le Musée

parisien des super-héros français. Face à eux s’étend une scène habillée de décors

réels sur lesquels est projeté un mapping vidéo géant pour immerger les visiteurs

dans une scène du musée.

Face à elle, les gradins qui s’étagent sur 5 niveaux permettent au public de bénéficier

d’un large champ de vision sur l’action qui va s’y dérouler car c’est ici que l’histoire

d’Étincelle, la Malédiction de l’Opale Noire va débuter.

Quand l’aventure commence…

La jeune Alice travaille en tant que gardienne du musée des super-héros français, quand elle est interrompue par l’appel téléphonique de son ami Teddy, à qui elle avait promis de participer à un concours de danse costumé. Se rendant compte de son oubli, Alice va emprunter un des costumes …

3 - L'aventure commence

Les visiteurs vont suivre Alice, dans une aventure au rythme enlevé et pleine de rebondissements et d’humour. Debout sur une plateforme qui vibre au gré de l’action du film diffusée en 3D, les visiteurs vivent une expérience immersive enrichie d’effets sensoriels et de lasers.



L'HISTOIRE

Alice a volé le costume d’Étincelle, une super-héroïne française. Mais pouvait-elle imaginer que ce costume lui donnerait les mêmes pouvoirs ? Pire encore, que sa ressemblance avec la super-héroïne allait faire renaître son pire ennemi, un monstre terrifiant assoiffé de vengeance depuis qu’Étincelle la justicière lui a pris l’Opale noire, une pierre aux  superpouvoirs. Alice, devenue Étincelle, parviendra-t-elle à empêcher Ténèbre de s’en emparer, lui qui a le dessein de faire basculer le monde dans une bande dessinée maléfique.

Des technologies au service de l’immersion

Le meilleur de l’image enrichi d’un système laser 3D

Le dispositif technologique repose sur la projection d’un film en 3D laser 4K combinant des images réelles et des images générées par ordinateur (CGI) associées à un système laser 3D dernier cri. Il permet d’ajouter l’esprit graphique de la bande dessinée avec des onomatopées au plein coeur de l’action, des effets de scintillements et des jaillissements de

l’image 3D.

Pour la renforcer encore davantage, des jeux de lasers sont projetés au plafond et

sur les murs qui encadrent l’écran pour prolonger l’action du film dans la salle et

envelopper les visiteurs dans l’aventure. 

Le meilleur du son immersif, issu de la technologie Dolby Atmos

Le son bénéficiant d’un système 7.1 et émis par 54 points de diffusion dans la salle,

révèle des détails sonores avec une clarté et une profondeur inégalée.

Le son se déplace de l’avant à l’arrière, du sol au plafond et il est si précis

qu’il donne au visiteur la sensation de se trouver au cœur de l’action.


L'attraction en chiffres

- 2,8 millions d'euros d'investissement

- 280 places pour un débit de 1000 personnes/heure

- Durée de 20 minutes